Les 9 erreurs comptables à ne pas faire quand on est freelance

-

Trouvez votre prochaine mission freelance !

Rejoignez FreelanceRepublik, et recevez des offres de missions tech à la mesure de votre talent : +100 nouvelles missions par semaine !

Être son propre patron, gérer ses horaires de travail, gagner sa vie en autonomie après des dizaines d’expériences en entreprise ou ses études ? C’est le rêve. Mais gérer sa comptabilité, la paperasse, les déclarations fiscales et les déclarations sociales personne ne vous l’apprend. Que vous soyez autoentrepreneur, en EURL/SARL ou en SASU/SAS, que vous gagniez comme Rothschild ou que vous souhaitez vous lancer dans le grand bain, il faut connaître les indispensables. Une erreur peut se transformer en beaucoup de temps et d’argent perdus. Dans cet article, nous vous présentons tous les “don’t” pour que vous ne fassiez que des “do”. À vos stylos. 

Ne pas négliger le choix de votre statut

Créer une autoentreprise prend quelques minutes sur le site de l’URSSAF. Faire les bons choix, en prend un peu plus. Votre statut conditionne vos règles de rémunération, vos taxes et la comptabilité de votre entreprise, il n’est donc pas à choisir à la légère. Avant de choisir un statut, renseignez-vous sur chacune des possibilités sur le site de l’URSSAF, du greffe du Tribunal de commerce ou faites appel à un expert-comptable. 

Plusieurs statuts existent pour les freelance, mais voici les trois principaux  :

  • L’autoentreprise : Un régime simplifié d’entreprise individuelle. Les procédures fiscales et sociales y sont simplifiées. Vous n’êtes pas obligé de faire appel à un expert-comptable pour la création de ce statuts, mais conseil d’ami, faites bien attention au seuil de chiffre d’affaires et de TVA.
  • L’EURL :  Société constituée d’un unique associé dont la responsabilité se limite aux apports premiers financiers.
  • SASU :  Une société à vocation commerciale qui ne compte qu’un seul associé et qui est plus flexible juridiquement que l’EURL.

Ne pas faire la différence entre chiffre d’affaires et bénéfices

Être patron signifie également payer des taxes, impôts et charges sociales. Ce qui tombe sur votre compte bancaire au fur et à mesure du mois, ne correspond pas au salaire que vous vous dégagerez à la fin. Le chiffre d’affaires correspond à la totalité des recettes gagnées alors que les bénéfices correspondent aux sommes encaissées une fois toutes vos charges payées. Avoir du recul et de la visibilité sur vos dus, vous permet de mettre chaque mois de côté ce qui partira lors de vos déclarations fiscales et sociales, qu’elles soient mensuelle ou trimestrielle et d’ainsi ne pas tout dépenser en apéro en terrasse. Conseil d’ami, un peu de prévoyance ne fait jamais de mal. 

Ne pas se soucier des seuils

L’autoentreprise dispose d’un seuil de revenu annuel à ne pas dépasser deux années de suite. Si vous dépassez ces seuils, vous serez dans l’obligation de vous déclarer sous un autre statut. Le plafond pour un autoentrepreneur en prestations de services par exemple, monte à 72 600 euros alors qu’il sera plafonné à 176 200 euros pour de la vente de marchandise. Renseignez-vous. Encore une fois, c’est une question de prévention et de visibilité. En cas de hausse de votre activité et de vos revenus (bravo champion), faites attention à votre revenu global pour ne jamais vous rendre compte, une fois sous l’eau, que vous y êtes.

Se croire au-dessus de la loi

L’environnement légal autour de l’activité freelance est en perpétuelle évolution. Il faut se tenir au courant de celles qui concernent statuts, impôts et taxes pour être sûr de ne rien louper. Cela vous permettra de faire des économies et d’éviter les erreurs. Si vous n’avez pas le temps d’éplucher la presse spécialisée (comme on vous comprend), rapprochez-vous d’un expert-comptable pour vous mettre à la page.

Perdre du temps que vous pourriez mettre dans votre activité

Un bilan comptable prend du temps, de l’énergie et vous donne souvent des maux de tête. Si vous voulez vous en occuper seul(e), prévoyez et classez vos papiers en avance pour ne pas vous retrouver avec un classeur mal rangé et brouillon à la fin de l’année ou pensez au zéro papier. En effet, la dématérialisation permet un gain de place, de papier et un esprit léger lors d’un contrôle fiscal. Soyez soigneux, votre futur -vous, vous remerciera. D’ailleurs petit tips, si votre entreprise est soumise à la TVA, faites attention à ne pas dépasser le seuil de franchise, vous devrez rééquilibrer votre trésorerie, ce qui malheureux, signifie plus d’heures de travail à plancher sur vos papiers.

Se laisser dépasser

En tant que patron, que vous soyez autoentrepreneur, micro-bic ou micro BNC, vous avez des obligations. Il faut tenir son livre de recette à jour, son registre des achats, y intégrer toutes les informations légales, faire un double de vos factures, suivre vos comptes, faire signer les devis si besoin, tout cela peut donner le tournis. En cas de contrôle (et oui ça n’arrive pas qu’aux autres), votre comptabilité doit être impeccable pour éviter tout soupçon de fraude. Petit conseil, ne vous stressez pas trop, prenez-vous-y au fur et à mesure, il n’y a rien de sorcier. Et si vous vous sentez dépassé, faites encore une fois appel à un expert-comptable.

Savoir faire une facture

La cabinet Neovi Expertise, par exemple, vous propose un outil de facturation simple et intuitif à disposition pour simplifier vos facturations et gagner un temps précieux. Cependant, il est toujours mieux de savoir établir une facture seule, comme au bon vieux temps, au cas où votre ordinateur tomberait par la fenêtre du métro avec un pronostic vital plus qu’engagé. 

Une facture doit afficher :

  • vos coordonnées professionnelles
  • le numéro de facture
  • la date d’émission
  • la date de livraison
  • la prestation 
  • l’identité du client
  • le taux de pénalité de retard de paiement (il est souvent établi à 45 jours de retard, avec une majoration à 40 euros)
  • le montant 
  • et “TVA non applicable art. 293 B du CGI” si votre activité n’est pas soumise à la TVA

L’ouverture d’un compte professionnel 

Conformément à la loi (encore elle), si vous gagnez plus de 10 000 euros hors taxe pendant deux ans, vous devez procéder à l’ouverture d’un compte dédié à votre activité pour l’encaissement de vos recettes, le règlement de vos charges, le paiement des frais et le versement de votre rémunération. Cela équivaut à 833 euros par mois et arrive vite. Le compte professionnel est facultatif dans le cas de l’autoentreprise et obligatoire dans le cas d’une société. C’est pourquoi, nous vous conseillons d’en ouvrir un dès le départ. Un simple compte chèque, virement à votre nom suffit et la démarche se fait en une dizaine de minutes avec votre banque. Encore une fois, il vaut mieux prévenir que guérir. 

Ne pas avoir honte de prendre conseil

Gérer toute sa comptabilité seul(e) à des beaux avantages. Économie, autonomie, meilleure visibilité sur sa comptabilité et ses finances. Elle a aussi des désavantages, perte de temps, rigueur toute l’année, erreurs et oublies. Pensez à l’externalisation. Que vous ayez besoin ponctuellement sur une période où votre activité vous empêche de gérer votre comptabilité sereinement ou que vous souhaitiez un accompagnement complet, ainsi qu’un conseil personnalisé sur votre activité prodigué par des experts habitués à vos problématiques, un cabinet peut être la solution.

Chez Neovi Expertise, nous accompagnons les freelances de la création de leurs activités jusqu’à l’optimisation de leur revenus pour une situation professionnelle confortable et sur-mesure. Notre travail d’expertise comptable ne se limite pas à la saisie de vos données, nous veillons également à l’optimisation de votre situation et à celle de votre stratégie financière. 

À vous de jouer !

Carla Bernini

Jordan Mileshttps://www.neovi-expertise.com/
Membre de l'ordre des Experts-Comptables, Neovi vous aide dans le choix de vos statuts juridique, et vous accompagne tout au long de l'année sur votre comptabilité et vos obligations sociales, fiscales et juridiques.

Partager cet article

Missions FreelanceRepublik

Les derniers articles

Missions Freelance !

Comme plus de 25 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la mesure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Newsletter

Le podcast

Le podcast la voix du freelance donne la parole aux freelances.

Freelances, gagnez du temps !

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.

Vous devriez lire également ces articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici