5 signes qui annoncent l’âge d’or du freelance informatique

Freelance Informatique
Freelance Informatique

Avec les évolutions à venir d’internet, de la réalité augmentée et de la blockchain, le marché du travail s’apprête à vivre une révolution sans précédent.  Avec la promesse de libérer le travail en profondeur au bénéfice du freelance informatique. Explications.

L’avènement du freelance informatique

L’incapacité des pays industrialisés à trouver des solutions efficaces au chômage de masse, qui ne cesse d’augmenter malgré les solutions mises en oeuvre pousse un nombre croissant de travailleurs vers l‘indépendance.
Créer sa propre activité de consultant freelance est devenu, depuis quelques années, un viatique pour l’emploi.
D’un autre côté, les nouvelles technologies poussent au nomadisme professionnel et favorisent le télétravail, permettant à de nombreux freelances informatiques de s’affranchir des astreintes liées à un bureau.
Être consultant informatique semble de plus en plus un gage de liberté et apparaît aussi et surtout comme un moyen de travailler différemment, de façon plus harmonieuse, à l’heure ou plus d’un français sur deux déclare ne pas être heureux au travail.

Aujourd’hui, internet donne déjà la possibilité à de nombreux travailleurs indépendants informatiques d’exercer leur activité à distance un peu partout dans le monde, dématérialisant les échanges professionnels, que ce soit par messagerie ou par vidéo-conférences. Voir à ce sujet notre article : « 3 idées reçues sur les développeurs freelance en remote ».
Demain, le très haut débit en 5G, couplé à de nouvelles fonctionnalités comme le big data ou l’utilisation du blockchain, vont permettre d’accélérer de façon très importante cette tendance.

 

La Troisième Révolution Industrielle

Ces mutations sont théorisées par l’économiste américain Jeremy Rifkin, qui, dans son ouvrage « La Troisième Révolution Industrielle », place la technologie comme le pivot central de changements sociétaux de très grande ampleur qui inverse les rapports de force existants et transforme radicalement les sociétés industrialisées.
L’innovation peut désormais à tout moment remettre en cause une position dominante. Comme c’est le cas avec l’énergie photovoltaïque qui grignote de plus en plus les parts de marché des grands producteurs d’électricité.
Ou comme avec l’open source qui généralise le libre accès aux informations, au grand dam des systèmes propriétaires dont le business repose sur la vente de licences coûteuses.

Cette nouvelle donne a d’importantes répercussions sur le monde du travail. L’emploi tel que nous le connaissions jusqu’à présent, c’est à dire sédentaire et figé, est en train de changer radicalement en se libérant progressivement de son carcan. Il dégage des marges de manoeuvre pour les freelances informatiques et le travail indépendant.

 

L’emploi en pleine mutation

Depuis trente ans, le marché du travail ne cesse de se réinventer. Il s’est féminisé dans les années 70, puis s’est tertiérisé dans les années 80. Aujourd’hui, il est sur le point de vivre un bouleversement de plus grande ampleur encore en devenant beaucoup plus flexible.

Signe annonciateur des changements structurels actuellement en cours, la règle qui imposait à un salarié d’exercer son activité uniquement sur son lieu de travail est actuellement de plus en plus remise en question.
Ainsi, Orange a mis en oeuvre depuis peu un programme « phygital » qui mélange présence physique et virtuelle afin de favoriser l’empowerment de ses salariés. C’est-à-dire leur capacité à s’émanciper et à se réaliser hors du cadre hiérarchique rigide.
C’est une évolution majeure dans l’organisation strictement verticale du travail et hiérarchisée à l’extrême, qui prédominait jusqu’alors. Les mentalités comme les pratiques sont en train de changer.

« Chacun de nous a seulement besoin d’un ordinateur, d’une connexion internet, d’une bonne dose d’initiative et d’un peu de talent pour participer à l’économie numérique. » Don Tapscott

Car pour les jeunes générations, ces « millenials » qui sont nés en même temps qu’internet et qui sont convoités par les employeurs, le salariat ne correspond plus à grand chose de concret, et ne colle en tout cas pas avec leurs aspirations.
Aujourd’hui, les jeunes en âge de travailler rêvent de moins en moins à une carrière statique.
Une carrière qui se déroulerait à n’en plus finir pendant 40 ans dans la même entreprise, dans le même bureau, au même endroit, en attendant que leur nom soit coché sur le tableau d’avancement, au prix d’un travail quotidien routinier et ennuyant. Internet a instauré au fil du temps une autre gouvernance, horizontale, coopérative et participative, et met à mal, petit à petit, l’organisation verticale des entreprises du vieux monde.

 

La révolution technologique

L’ADN même de l’économie du 21ème siècle est propice à cette organisation participative et ouverte du travail comme le synthétise parfaitement le consultant canadien Don Tapscott, référence mondialement reconnu sur ces questions : « Chacun de nous a seulement besoin d’un ordinateur, d’une connexion internet, d’une bonne dose d’initiative et d’un peu de talent pour participer à l’économie numérique. »

« Comme l’ère industrielle a mis fin au servage, l’ère coopérative mettra fin au salariat de masse. La quasi-totalité des entreprises mondiales prévoient que des technologies intelligentes remplaceront les gros effectifs de travailleurs au cours des prochaines décennies.. » Jeremy Rifkin

Mais plus dévastateur encore pour le salariat que cette nouvelle gouvernance horizontale, la prochaine révolution technologique promet la destruction d’un nombre considérable d’emplois. Comme autant d’accélérateurs du chômage de masse, l’intelligence artificielle, la robotisation, l’automatisation et les véhicules intelligents sonneront l’allali pour de nombreux métiers.
Jeremy Rifkin explique ainsi que « Comme l’ère industrielle a mis fin au servage, l’ère coopérative mettra fin au salariat de masse. La quasi-totalité des entreprises mondiales prévoient que des technologies intelligentes remplaceront les gros effectifs de travailleurs au cours des prochaines décennies.. »
Plus encore que par le passé, l’emploi est confronté à l’obligation de se réinventer. L’époque est à une reprogrammation complète du marché du travail. Et les outils pour que cette reprogrammation se produise, et pousse de nombreux salariés à devenir freelance informatique sont déjà là.

 

Les technologies de l’indépendance

Freelance Informatique
Freelance Informatique

Internet permet déjà aujourd’hui aux développeurs web freelance de gérer toutes les étapes de leurs relations de travail : depuis la recherche de missions freelance, en passant par l’entretien, jusqu’à la réalisation d’une application, sa livraison, sa facturation et son paiement.
Un consultant informatique peut gagner sa vie en restant derrière son ordinateur.
Demain, la 5G ouvrira aux freelances informatiques un vaste champ de nouvelles possibilités.
Elle favorisera comme jamais le télétravail grâce à un très haut débit de plusieurs gigabits de données par seconde, jusqu’à 100 fois plus rapide que la 4G et 1000 fois plus rapide que le 3G.

Cette nouvelle technologie promet notamment de révolutionner la création d’applications web, mais aussi les métiers de consultant informatique, de programmeur, d’ingénieur système, d’intégrateur, de chef de projet digital, de développeur java

D’un autre côté, les progrès réalisés dans le domaine des nanotechnologies, qui envisagent de miniaturiser jusqu’au niveau atomique les composants des ordinateurs, augmentant ainsi considérablement leurs mémoires et leurs capacités de calcul.
De même que ceux réalisés dans la mise au point d’un « calculateur quantique »,  qui autorisera la conception de processeurs pouvant effectuer un grand nombre de tâches à la fois. Contrairement à ceux que nous utilisons actuellement, ils promettent un incroyable bond en avant de l’ordinateur lui-même.

De plus, la blockchain, une technologie de stockage et de cryptage de l’information sans organe central de contrôle est en cours de développement un peu partout dans le monde. Elle offrira la possibilité aux freelances informatiques et aux clients de mettre en place, pour chaque mission, leur propre canal de communication sur internet, sécurisant et archivant de façon optimisée l’ensemble de leurs échanges.

 

Les plateformes pour freelances

Enfin, les plateformes à destination des consultants freelances, qui se sont multipliées ces dernières années, devenant pour ces derniers de véritables agences digitalisées pour l’emploi, vont elle aussi connaître les effets de ce tsunami numérique.
Ces plateformes rendent aujourd’hui accessible un nombre considérable de missions.
Que ce soit pour un freelance informatique, un développeur web freelance, ou un data scientist, elles misent sur la quantité élevée des offres pour attirer à elles les freelances. Mais ils ont souvent beaucoup de mal à s’y retrouver dans la masse des propositions.
Les clients quant à eux reçoivent trop de candidatures par mission et ne peuvent les traiter efficacement. Pour être plus efficaces, ces plateformes doivent changer d’approche.

FreelanceRepublik propose déjà un véritable accompagnement du Freelance Informatique en défrichant pour lui les missions de développements informatique les plus intéressantes en bonne adéquation avec son profil de développeur.
Un travail de fond, axé sur la recommandation, qui mise sur la qualité plus que sur la quantité.
Demain, avec le big data, qui permet de croiser un très grand nombre de données pour trouver une information précise, il sera possible d’affiner les prescriptions en faisant parfaitement coincider un freelance informatique et une offre de mission.
La recherche et l’offre de mission vont devenir intelligentes et garantes d’une plus grande efficacité pour les freelances comme pour le donneur d’ordre.
Pour un freelance informatique, ces évolutions promettent une extension sans précédent de leurs activités, avec de nouveaux besoins et de nouvelles opportunités. Se mettre à son compte et trouver des clients n’auront jamais été aussi simple.

 

L’avenir du Freelance Informatique

Mais plus largement, c’est l’ensemble des métiers indépendants informatique qui va ainsi connaître, grâce à la technologie et aux nouvelles possibilités qu’elle est sur le point d’offrir, une puissante accélération.
Pour l’ingénieur freelance développeur, exercer son activité n’aura jamais été aussi simple dans ce nouvel âge de l’informatique. Il étoffera les offres de prestations de services.
Devenir son propre patron ne sera plus seulement le mantra favori des espaces de co-working, ce sera dès lors un véritable projet professionnel.
En outre, la baisse de régime du salariat devrait inciter un nombre croissant d’entreprises et d’employeurs à faire appel aux compétences des consultants techniques indépendants, avec l’externalisation de nombreuses tâches qui étaient jusque là effectuées en interne.

Dans un marché du travail ou les freelances seront devenus pour la première fois majoritaires, où les micro-entreprises se multiplieront comme jamais auparavant, il reste à savoir dans quelle mesure il leur sera possible de renégocier leurs protections sociales, leurs couvertures maladies, leurs retraites complémentaires et leurs assurances chômage.
Comme de se dôter d’une convention collective par branche d’activité, garante d’une meilleure protection, de simplifier leurs tâches administratives.
Ou de réduire les délais de paiement, qui s’étirent trop souvent au delà de l’acceptable. Autant de points qui restent problématiques, en France comme ailleurs, pour les travailleurs indépendants.

A lire aussi:

  1. La France gagnée par l’essor du travail indépendant
5 signes qui annoncent l’âge d’or du freelance informatique
5 (100%) 2 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *