Savoir fixer ses tarifs et estimer sa rentabilité quand on est freelance

-

Vous êtes freelance ?

Rejoignez FreelanceRepublik, et recevez des offres de missions tech à la mesure de votre talent. 90% de vos entretiens se transforment en missions !

Le temps du freelance est précieux car en tant que travailleur indépendant, il consacre souvent beaucoup de temps à son activité et à la gestion administrative de celle-ci.

En effet, le développement de l’activité du freelance nécessite un investissement de temps pour vendre une prestation en exploitant son savoir-faire et ses compétences.

Il n’est pas toujours évident de trouver le juste équilibre entre le temps passé à réaliser certaines missions et la détermination des tarifs de ces missions.

Pourtant, le freelance doit être rigoureux et vigilant dans la fixation des prix de ses prestations car comme tout chef d’entreprise, il doit assurer la rentabilité de son activité.

Aussi, le freelance doit avoir conscience que le temps passé à la réalisation de ses missions doit être contrebalancé par ses charges sociales et fiscales mais aussi ses charges personnelles qu’il doit assumer.

mission freelance

Selon l’activité du freelance, il devra anticiper l’achat de matériel pour son activité ou encore le paiement d’un loyer régulier s’il dispose d’un local professionnel.

La pérennité de l’entreprise du freelance dépendra donc de sa capacité à avoir une vision globale de son activité à long terme tenant compte de toutes ses dépenses.

Ainsi, pour être le plus efficace possible, le freelance doit estimer au mieux le chiffre d’affaires nécessaire à la continuité de son activité afin de réussir à fixer ses tarifs.

Comment fixer ses tarifs et estimer sa rentabilité quand on est freelance ? Le point dans cet article.

Quel est l’objectif de l’estimation de la rentabilité ?

Estimer sa rentabilité est un passage obligé pour le freelance qui souhaite connaître le chiffre d’affaires nécessaire à la continuité de son activité.

En effet, le freelance doit anticiper ses dépenses régulières qui correspondent d’une part aux charges sociales dues aux Urssaf et d’autre part aux charges fiscales.

Il doit par ailleurs évaluer le matériel nécessaire à l’exercice de son activité et qui représente un investissement financier qui sera amorti à plus ou moins long terme (matériel informatique, logiciel, loyer des locaux professionnels etc).

En somme, le freelance doit anticiper que les rentrées d’argent générées par son chiffre d’affaires soient suffisantes pour faire face à l’ensemble de ses dépenses.

Il est important de rappeler que le chiffre d’affaires du freelance est différent du revenu final qu’il percevra puisque le salaire que le freelance se versera correspond au chiffre d’affaires déduit de l’ensemble des charges sociales dont il est redevable auprès des organismes sociaux.

Le freelance devra donc aussi tenir compte de cette variable pour estimer au plus juste sa rentabilité.

Évaluer sa rentabilité par l’estimation de sa rémunération minimale horaire

Avant d’accepter une mission, le freelance doit évaluer sa rentabilité en tenant compte du temps qu’il y passera. Il devra donc estimer dans un premier temps son temps de travail réel pour certaines missions ce qui lui permettra ensuite d’estimer sa rémunération minimale horaire.

L’estimation de la rémunération minimale horaire permet de donner un indicateur fiable du prix d’une mission. C’est en partant de cette information que le freelance peut négocier le prix de ses prestations.

Aussi, le taux horaire minimum peut être calculé selon la formule suivante :

Charges annuelles / nombre de jours facturés / nombre d’heures travaillées par jour = taux horaire minimum

Estimer sa rentabilité en calculant le nombre de jours annuel facturés 

Pour estimer sa rentabilité, il est important que le freelance puisse déterminer le nombre de jours facturés dans l’année en sachant qu’une année compte 250 jours ouvrés (en dehors weekend et jours fériés).

Pour cela, le freelance doit tenir compte du nombre de jours ou il ne travaillera pas tels que :

les jours de prospection, les jours de gestion administrative de son activité, les jours de formation etc.

De même, il ne doit pas omettre de déduire les jours de congés qu’il prendra ainsi que les éventuels jours d’arrêt pour maladie.

Une fois ces jours retirés, le freelance doit déduire les weekends et jours fériés durant lesquels il ne travaillera pas.

Les autres jours restants correspondent aux jours pendant lesquels le freelance réalise ses missions qui seront facturées.

En résumé, le nombre de jours facturés par an correspond à la formule :

Nombre de jours ouvrés (lundi au vendredi) – Nombre de jours non facturés – Nombre de jours de vacances par an – Nombre de jours d’arrêt maladie estimés = Nombre de jours facturés par an.

Savoir maintenir sa rentabilité durant le déroulement des missions

Une fois les tarifs des prestations fixés, le freelance doit être vigilant à respecter le temps qu’il a prévu pour réaliser les missions concernées.

Aussi, certaines tâches peuvent parfois prendre plus de temps que prévu par l’estimation initiale du freelance, ce qui arrive souvent si la charge de travail est sous-estimée.

Dans ce cas, le freelance peut réajuster au mieux son rythme de travail afin de rattraper le temps perdu ou répercuter au mieux son manque à gagner sur d’autres missions.

Le freelance a donc intérêt à surveiller son temps de travail afin de respecter son estimation dans la mesure du possible.

Certains freelances font le choix de facturer au forfait ce qui consiste à donner une estimation du prix global de mission. La facturation au forfait est intéressante lorsque le freelance maîtrise bien le temps passé pour des missions précises, elle est cependant risquée si le freelance débute et ne connaît pas encore son rythme de travail.

Évaluer sa rentabilité est primordial pour le freelance d’autant plus s’il commence une activité. Cela lui permet d’avoir une visibilité quant à la pérennité de son entreprise et conditionne aussi l’organisation de son travail. Connaître son rythme est aussi fondamental pour estimer au mieux son temps de travail et fixer ses tarifs le plus justement possible.

Myriam Feghoul
Myriam Feghoul
Juriste de formation, j’accompagne les entreprises et les professionnels du droit dans la création du contenu juridique de leur site internet et blog afin d’accroître leur visibilité en ligne. Je décrypte l’actualité juridique afin de transmettre une information juridique intelligible et de qualité à vos internautes. Spécialisée en droit social et droit des sociétés, je rédige également dans les matières du droit de la famille, droit de la propriété intellectuelle et droit des affaires.

Partager cet article

Newsletter

Les derniers articles

Le podcast

Le podcast la voix du freelance donne la parole aux freelances.

Missions Freelance !

Comme plus de 3000 freelances, recevez des offres de mission tech à la mesure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Freelances, gagnez du temps !

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.

Vous devriez lire également ces articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici