Freelance informatique : comment calculer votre taux horaire ?

Fixer son prix en tant que freelance informatique

L’une des principales difficultés du freelance informatique est de savoir comment fixer ses prix. Découvrez notre méthode en 6 étapes pour calculer votre taux horaire et votre taux journalier.

Etape 1 : quel revenu net pour un freelance informatique ?

Pour cette première étape, définissez simplement le revenu net mensuel que vous aimeriez obtenir à la fin du mois.

Ce montant doit être réaliste et adapté en fonction de votre spécialité. Par exemple, les développeurs Python sont généralement mieux rémunérés que les développeurs front-end, mais moins que les chefs de projet.

Votre expérience professionnelle est également un critère déterminant : un freelance informatique débutant aspirera à un revenu mensuel plus faible qu’un développeur indépendant avec plusieurs années d’expérience.

Dans cet article, nous prendrons l’exemple d’un développeur Ruby freelance souhaitant se rémunérer 3200€ nets par mois.

Revenu net: 3200€ / mois

 

Etape 2 : les charges de fonctionnement du développeur freelance

Dans un second temps, comptabilisez les charges de fonctionnement mensuelles de votre entreprise. Cela comprend la communication, la formation, les serveurs, la banque, les assurances, l’expert-comptable, etc.

L’amortissement de votre matériel de travail (ordinateur, téléphone…) ainsi que vos abonnements divers (spotify, github, logiciel CRM, logiciel de comptabilité…) ne doivent pas être oubliés.

Afin de simplifier les calculs, nous conseillons de compter ici aussi la Contribution Economique Territoriale (CET), un impôt annuel obligatoire pour les entreprises, souvent exonéré lors de la première année d’activité.

Si nécessaire, ajoutez également le coût de la location de votre espace de travail.

Dans notre exemple, nous considérons que notre développeur freelance travaille à son domicile et cumule 550€ de charges par mois.

Montant des charges : 550€ / mois
Total provisoire : 3750€ / mois

 

Etape 3 : les cotisations sociales du travailleur indépendant

Les travailleurs indépendants doivent s’acquitter de cotisations sociales, plus ou moins selon leur statut juridique (portage salarial, dirigeant de SASU ou d’EURL, auto-entrepreneur…).

Nous considérons que notre développeur Ruby fictif est un auto-entrepreneur, statut parfaitement adapté à la majorité des métiers informatiques.

Le taux des cotisations pour les prestataires de services BNC est de 22,2% (24,4% avec l’option de prélèvement libératoire sur le revenu). Pour des raisons de simplicité, nous utiliserons un taux de 25%.

Ainsi, pour pouvoir couvrir ses dépenses, notre freelance fictif devra facturer au moins 5000€ par mois à ses clients, et verser 1250€ de cotisation.

Cotisations : 1250€ / mois
Total : 5000€ / mois

Etape 4 : un entrepreneur ne facture pas tout son temps de travail

Il vous faut désormais estimer le nombre de jours de travail qu’il peut facturer chaque mois.

En effet, une partie de votre temps sera consacrée à des activités non rémunérées : gestion de votre entreprise, prospection commerciale, tenue de votre portfolio, de votre blog et de vos réseaux sociaux, formation… Anticipez également l’absence de congés payés.

En sachant cela, notre développeur freelance réalise le calcul suivant :

  • 1 mois = 30 jours, dont 4 weekends de 2 jours, soit 22 jours ;
  • 2,5 jours pour les congés payés, soit 19,5 jours ;
  • 1,5 jour par semaine pour les activités non rémunérées, soit 6,75 jours par mois. Il arrondit à 7 jours afin d’inclure les maladies et autres imprévus, soit 12,5 jours.

Ainsi, sur les 30 jours que comptent un mois, notre freelance informatique estime ne pouvoir en facturer que 12,5.

 

Etape 5 : calculer le taux journalier et le taux horaire du freelance informatique

A ce stade, le tarif journalier se calcule très aisément :

Tarif journalier : 5000€ / 12.5 = 400€ par jour

Notre freelance travaille 8 heures par jour. Il en consacre une toutefois à sa veille quotidienne, indispensable dans son secteur d’activité.

Tarif horaire : 400 / 7 = 57.1€

Notre freelance fictif connaît désormais ses tarifs horaire et journalier minimums.

Etape 6 : dernières vérifications

Notre développeur Ruby freelance a donc décidé d’opter pour un TMJ de 400€. Il procède toutefois à deux vérifications avant de se lancer :

  • La cohérence par rapport au marché. D’après le site RH-Formation (2017), le tarif que souhaite pratiquer notre développeur Ruby est dans la moyenne de sa profession.
  • Le respect du plafond du statut d’auto-entrepreneur. Son chiffre d’affaires annuel pourrait s’élever à 60 000€, ce qui reste en-dessous des 70 000 € annuels autorisés par le statut d’auto-entrepreneur.

Grâce à cette méthode en 6 étapes, notre développeur freelance connaît désormais le taux horaire ainsi que le taux journalier qu’il doit facturer à ses clients pour se rémunérer 3200€ nets par mois. Il sait également qu’il peut se permettre d’augmenter légèrement ses tarifs afin de faire face à d’éventuelles négociations ainsi qu’aux périodes creuses, sans mettre en péril son entreprise.

A lire aussi:

  1. Comment louer un appartement quand on est freelance ?
Freelance informatique : comment calculer votre taux horaire ?
Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *