Tous les indépendants, même à niveaux de revenus supérieurs à trois ou quatre fois le prix du loyer, ont été confrontés à ce problème : sur des marchés immobiliers souvent compétitifs, la priorité est donnée aux dossiers en CDI.

A Paris, c’est même quasiment mission impossible : les agences ne voient pas d’un bon œil votre activité et refusent parfois carrément de vous laisser visiter l’endroit.

Mais pourquoi ?

Propriétaires et assurances considèrent qu’un locataire est solvable lorsque ses revenus nets sont au moins 2,7 fois supérieurs au montant du loyer + charges s’il dispose d’un contrat stable (c’est à dire le plus souvent, un CDI hors période d’essai).

Et les indépendants ne sont pas seuls : on considère aujourd’hui que 55 à 60% de la population française  ne remplit plus les critères pour accéder à un logement locatif, selon Association pour l’accès aux garanties locatives (APAGL).

Alors, comment accéder au logement avec ce « handicap » supplémentaire d’indépendant ?

Constituer son dossier

Si certains recourent aux fausses fiches de paies ou autres certificats de travail fictifs, nous ne vous recommandons évidemment pas cette méthode. Au contraire, la première étape est de constituer soigneusement votre dossier en jouant franc jeu.

Voici ce dont vous aurez besoin :

  • Copie d’une pièce d’identité en cours de validité ;
  • Copie du dernier ou avant-dernier avis d’imposition ;
  • Un justificatif de domicile parmi cette liste : les 3 dernières quittances de loyer ou à défaut une attestation du précédent bailleur signifiant que vous êtes à jour dans le paiement de votre loyer et des charges, une attestation sur honneur de la personne qui vous hébergeait, le dernier avis de taxe foncière ou à défaut le titre de propriété de la résidence principale ;
  • Les deux derniers bilans ;
  • Un document attestant de l’activité professionnelle, c’est-à-dire une copie du certificat d’identification de l’INSEE pour un travailleur indépendant

On ne peut rien vous demander de plus, car la liste de ces documents est encadrée par la loi ! Si vos deux derniers bilans sont bons, on pourra vous considérer suffisamment solvable pour accéder au sésame.

Louer hors du circuit des agences

Tous les appartements ne sont pas soumis au même règles : en écumant PAP ou LeBonCoin, vous pourrez tomber sur un propriétaire compréhensif souhaitant louer en direct sans passer par une agence. En le rassurant sur votre activité et présentant vos bilans, vous pourrez ainsi le convaincre que vous ne présentez aucun risque. Lui-même a peut-être été indépendant par le passé !

Changer de status

Se constituer par exemple en SASU plutôt qu’en entreprise individuelle permet théoriquement de se salarier en CDI, et donc de louer sans problèmes. Oui, mais les charges sont plus élevées et c’est un pas que peu d’indépendants sont prêts à franchir. A réservé aux plus motivés, donc.

Trouver un garant

Un garant – comme son nom l’indique – assure au propriétaire votre solvabilité en cas de loyer impayé. La méthode fonctionnait lorsque vous étiez étudiant, mais pas sûr que vos parents la supportent encore à 30 ans !

Certains services, à l’image de WeMind, proposent aux indépendants une garantie logement assurant aux propriétaires un loyer toujours payé. Cette communauté d’entrepreneurs et d’indépendants dispose grâce à sa taille d’une vraie force de négociation et propose des services tels qu’une protection santé, une protection juridique professionnelle ou encore l’aide à l’accès au logement. C’est l’assurance de pouvoir louer sans se prendre la tête !

Il n’est donc pas impossible de louer en tant que travailleur non-salarié en s’armant de patience et ayant recours aux bonnes méthodess…Et pour ce qui est de votre bilan, une inscription sur Freelancerepublik vous aidera à décrocher les plus belles missions !

5 Commentaires

  1. Bonjour Feelancerepublik,
    J’en ai fait l’amère expérience il y a peu en essayant de louer un appartement (je suis freelance depuis 2 ans et demi).
    Bien que mes « revenus » donnent toutes les garanties possibles, aucunes des agences ne voulaient valider mon dossier … Car je ne rentrais dans aucunes des cases des assurances loyer-impayés.
    Je comprend parfaitement qu’il existe ces assurances mais que l’application soit faite sans réfléchir en cochant des cases ça nop.

    Autre chose : les garants ne fonctionnent pas avec ces assurances, de même que les cautions bancaires (la banque bloque les loyers et les paye pour vous).
    Donc vous avez beau gagner assez ET pouvoir acheter l’appart neuf, vous ne pourrez pas le louer :p

  2. je rejoins le précédent commentaire.
    On peut acheter et faire un crédit sur 25 ans sans une tune, mais louer devient impossible.
    J’ai un dossier avec des revenus de 2200€net par mois. On me demande 2 garants en CDI gagnant 3x le loyer pour un appartement de… 450€

  3. Merci pour cet article. J’ai des amis qui sont dans cette situation et c’est pas du tout évident de trouver un garant.. surtout quand c’est sur Paris vous avez raison !

  4. Bonjour,

    Concernant les principaux points cités dans l’article, c’est à l’agence de s’en occuper. Si vous faites appel à de bon professionnel, alors vous n’aurez pas de soucis à vous faire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici